samedi 10 novembre 2018

Une présence dans la nuit de Emily Elgar



Résumé:
Tout d'abord merci aux éditions belfond pour ce service-presse.
Vie parfaite ou parfait mensonge ? Nouvelle venue sur la scène du suspense psychologique à l’anglaise, Emily Elgar livre un roman compulsif et émouvant, à recommander à tous les fans de Clare Mackintosh et de Fiona Barton.


Infirmière en soins intensifs, Alice Taylor le sait : séparer travail et sentiments est primordial dans son métier. Mais l’arrivée d’une nouvelle patiente fait bientôt chavirer cette ligne de conduite…

Fauchée par un automobiliste anonyme, Cassie Jensen est plongée dans un coma dont personne ne sait si elle sortira un jour. Mais alors que la famille de la jeune femme se précipite à son chevet, Alice s’interroge : pourquoi nul ne semble dévasté de chagrin ? Ignorent-ils tous la grossesse de Cassie ? Se pourrait-il qu’elle ait caché d’autres secrets à ses proches ?

De son lit, face à celui de Cassie, Frank aussi observe. Il sait que Cassie est en danger ; il connaît même l’identité du chauffard et son mobile. Pourtant, Frank ne peut rien révéler. Atteint du syndrome d’enfermement, cet homme est prisonnier de son propre corps, et seules ses paupières peuvent bouger… Mais parviendra-t-il à se faire comprendre d’Alice, avant qu’il ne soit trop tard ?
Diplômée en anthropologie sociale à l’université d’Édimbourg, Emily Elgar, trente-six ans, a un parcours varié : rédactrice de guides de voyage, conseillère pour les travailleuses du sexe à Londres, organisatrice de manifestations en faveur du développement durable... Une présence dans la nuit est son premier roman, très remarqué en Angleterre. 


Mon avis : 

Nous faisons la connaissance d’Alice, qui nous raconte un bout de sa vie à l’hôpital où elle travaille et nous parle de ses patients. 
Puis c’est au tour de Frank, patient à l’hôpital. Il y est car il est en état EVP (il ressent, voit tout et entend tout, mais ne peut en aucun cas réagir). 
Ensuite arrive le personnage de Cassie que l’on découvre fraîchement mariée à Jack. Elle vient d’être accueillie, car elle a été victime d’un accident. Jack et sa mère, Charlotte, sont anéantis lorsqu’ils la voient dans son lit et surtout dans le coma. Et là, ils découvrent qu’elle est enceinte. Alice se prend d’affection pour cette jeune femme et veut tout savoir sur sa vie. Surtout curieuse de savoir qui et pourquoi. 
Donc l’auteure alterne entre Alice, Frank et Cassie. Mon préféré est Frank, pas simplement parce qu’il est important pour le déroulement de l’histoire, mais parce qu’il m’a touchée par ses instants avec sa fille à l’hôpital. 
Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler ce roman très addictif avec une fin qui m’a laissée sur les fesses. 
En bref, c’est un coup de cœur pour moi. Merci à l’auteure pour ce très bon moment. Je ne peux que le recommander pour se faire plaisir ou même pour offrir car, ne l’oublions pas, les fêtes approchent !

vendredi 26 octobre 2018

Buczko de Loana Hoarau


Foin d'envolées théoriques. C'est bien plutôt dans son action fulgurante ? par la pratique, si on ose dire ? que le pédophile est étudié dans ce roman. C'est d'ailleurs fait avec une mæstria hautement perturbante. Notre sociopathe profond se déploie pour nous, sans malices ni artifices. On domine et comprend intimement le lot gesticulant de ses petites maniaqueries proprettes. On domine et comprend intimement sa sourde misanthropie. On domine et comprend intimement son adultophobie implacable. On comprend, on finit presque par partager sa frustration insondable et sa colère cuisante, pourtours inévitables de son programme radicalement négateur, amoral et nihiliste. C'est une des vertus de la fiction que de pouvoir entériner le monde des monstres.L'amour suave et délétère de cette narco-crapule semi-psychotique de Buczko pour les petites filles nous est instillé, drogue d'entre les drogues, presque avec du sublime dans la voix. La destruction de la victime prend place en nous lumineusement, en rythme, par petits bonds nerveux.Le propos de cet ouvrage n'est absolument pas moraliste. Sa cruauté est absolue, hautement dérangeante, répugnante, révoltante, comme gratuite. Et pourtant (car il y aura un et pourtant...) notre pédo-toxico se retrouve avec une terrible clef anglaise jetée par le sort, dans le moteur bourdonnant de sa mécanique criminelle tellement rodée.C'est une jeune femme qui écrit. Loana Hoarau en est à son deuxième roman. Tributaire des mêmes hantises que le premier, celui-ci est beaucoup plus assumé, plus solide, plus achevé. Un scotome s'imprime. Une oeuvre s'annonce. 


Mon avis :
 
Ici, il est question d’un pédophile qui sévit dans son village depuis des années sans jamais avoir été pris. On connaît toutes les pensées de cet homme, comment il procède pour l’enlèvement et ensuite comment il reformate ses victimes. Buczko est un Monsieur Tout-le-Monde. Il travaille dans une boulangerie, aide aux repas des personnes âgées. Bref, on lui donnerait le Bon Dieu sans confession. J’ai trouvé ce livre difficile et glauque. Et j’ai eu beaucoup de mal avec un passage dans lequel son ami est avec cette pauvre petite. Le passage était vraiment horrible. J’en ai eu les larmes aux yeux. Je peux vous dire qu’étant maman de deux enfants dont une fille de sept ans, j’ai eu à certains passages des haut-le-cœur. Et pour tout vous dire, lorsque j’ai fini ce livre, j’ai refait la morale à ma fille. Je pense que c’est un livre me marquera à jamais ! 


lundi 22 octobre 2018

Incontrôlable de James Patterson



Résumé:  



Le cadavre d’une très belle femme


Ben Casper n’aurait jamais imaginé retrouver le corps de Diana, sa meilleure amie, une agente de la CIA, au pied de son immeuble. Elle se serait jetée par la fenêtre de son appartement. Suicide. Affaire classée.


Retrouvé au bas de son immeuble


Pourtant, Diana, dont Ben était secrètement amoureux, n’avait a priori aucun motif d’en finir avec la vie... Journaliste d’investigation, Ben pressent qu’on a cherché à la faire taire.
Peut-il mettre La maison blanche en danger ?



Bientôt, il va mettre au jour un complot qui pourrait impliquer les plus hautes instances du pouvoir. Mais, à trop approcher la vérité, c’est sa propre vie que Ben met en danger. Certains secrets ne doivent pas être ébruités...

Mon avis : 

Tout d’abord, merci aux Éditions de l’Archipel pour ce service-presse.
L’auteur nous met tout de suite dans le bain avec le suicide de Diana, amie de Ben (journaliste d’investigation). Ben, secrètement amoureux de la belle, la connaissait tellement bien qu’il doute que ce suicide en soit un. Plutôt, comme il aime à le dire, un meurtre maquillé en suicide. Il décidera de lever le voile sur ce drame. 
Ben est un personnage haut en couleur et pour le moins atypique. En effet, lorsque Ben est en mode stress, il a un comportement bizarre : il cite les présidents américains ou il nous parle cinéma, mais il n’en est pas moins très intelligent. Je vous rassure, au fur et à mesure, nous comprenons que c’est à cause de ce qu’il a vécu dans son enfance qu’il est comme ça. 
J’ai beaucoup apprécié les répliques de films qui surviennent de temps à autre dans le roman. Au début, j’ai eu pourtant du mal à rentrer totalement dans l’histoire, mais une fois prise d’affection pour le héros, on en redemande et il devient difficile de lâcher le roman. 
Ben se mettra des gens à dos, et pas des enfants de chœur… non, non, non… je vous parle de Chinois, Russes, CIA et même la police locale de Washington. Rien que ça ! 


En résumé, une histoire palpitante et 100 % adrénaline. D’ailleurs, je pense lire de nouveau l’auteur très rapidement car j’ai beaucoup apprécié son roman et un big up pour Ben, notre héros complètement perché.

dimanche 21 octobre 2018

Réveille-toi ! de François-Xavier Dillard



Résumé : 

C'est lorsque vous vous réveillerez que le cauchemar va vraiment commencer...

Basile Caplain est un greffé du coeur qui vit reclus, sans travail ni perspective. Sa seule obsession : dormir le moins possible, car ses nuits sont peuplées de cauchemars. Son unique ami, Ali, le gérant d'une station-service, est passionné par les faits divers. Un soir, ce dernier lui parle du meurtre barbare d'une jeune femme. Or, ce crime atroce, c'est exactement le rêve que Basile a fait deux jours plus tôt...

Paul est un paraplégique de dix-huit ans, génie de l'informatique, qui développe pour la police scientifique un programme baptisé Nostradamus – un algorithme révolutionnaire devant permettre de réaliser des portraits-robots hyperréalistes des criminels présumés.
Alors que des meurtres sauvages sont perpétrés à Paris, la police judiciaire met sur le coup son meilleur atout : le Dr Nicolas Flair, psychiatre mentaliste, qui a déjà résolu de nombreuses affaires.
Lorsque les chemins de ces trois protagonistes se croiseront, l'Inconscient, la Science et la Psychiatrie vont devoir collaborer pour essayer d'arrêter le pire des monstres...


Mon avis : 

"J’avais beaucoup aimé « Ne dis rien à papa » qui, en fait, a été un coup de cœur ! Je voulais vraiment lire celui-ci, car j’en ai entendu que des bonnes choses. 
Nous faisons la connaissance de plusieurs protagonistes. Caplain, un homme qui a été greffé au cœur et qui a la hantise de s’endormir de peur de rêver d’atrocités. Axelle, âgée d’une vingtaine d’années, qui nous raconte comment elle s’est fait enlever et son présent de victime. Paul, paraplégique, qui a dix-huit ans et qui traîne d’affreux secrets. Petit génie de l’informatique qui a réussi à concevoir un programme appelé Nostradamus qui, grâce à beaucoup de preuves dans un dossier, arrive à sortir le portrait robot du coupable. Michaud et Dubois, inspecteurs. Flair, un mentaliste (psy). Ali, un vendeur de station essence qui adore les histoires sanglantes de meurtres. Clara, ingénieure, qui transporte un lourd secret depuis de très longues années. 
Tous reliés par la même enquête. 
J’ai beaucoup aimé le personnage de Paul qui malgré tout ce qu’il a subi dans la vie reste fort. Un livre de l’auteur que j’ai beaucoup apprécié et qui me donne envie de lire ses autres romans ! Une écriture fluide et addictive. Un roman que vous ne lâcherez pas de sitôt !

mardi 16 octobre 2018

L'anniversaire Robyn Harding



Résumé: 



Couples, amis, adolescents : quand tout bascule…


Kim et Jeff Sanders habitent une jolie banlieue de San Francisco, où tout le monde connaît tout le monde. Leur fille, Hannah, est scolarisée dans un lycée huppé de la ville. Pour ses seize ans, elle décide de faire une fête à la maison. Un anniversaire avec ses amis, où tout ne peut que bien se passer.
Et où tout se passe très mal.
Quelques jours plus tard, le couple exemplaire de Kim et Jeff part à vau-l’eau, des secrets et des mensonges sont révélés, les meilleurs amis deviennent les pires ennemis.
Comment une simple fête d’anniversaire peut soudain faire dérailler des vies aussi bien rangées ?



Avec ce roman noir à la tension omniprésente, qui évoque tout autant la série Big Little Lies que Le Dîner d’Herman Koch, Robyn Harding nous emmène sous la surface lisse des apparences et des rapports humains, au moment où toutes les failles se révèlent. On aura rarement lu un portrait aussi saisissant de notre société en pleine confusion morale. 

Mon avis : 

Que dire de ce livre ? Hormis que je suis partagée ! Je ne peux pas dire que je ne l’ai pas apprécié ni que je l’ai aimé ! Seulement, je ne m’attendais pas à ça ! Ici, il n’y a pas de meurtre. Seulement des gens qui en ont assez de composer et de trouver des solutions après un drame. Ce que j’ai apprécié, c’est avoir l’avis de tous les personnages principaux. 
Je vous résume : une mère coincée qui accepte que sa fille de seize ans fasse une fête. Seulement la fête que sa mère veut faire n’est pas au goût d’Hannah et, toujours selon Hannah, elle ne sera pas assez cool pour ses nouvelles amies. Donc on apporte de l’alcool, de la drogue et bien sûr des garçons. Et là l’une d’elles vit un drame et la vie de tous prend une nouvelle tournure. 


En gros, pour moi, ce livre est un mélange de téléfilm sur la Une et de la série pour ados « Pretty Little Liars » pour le côté collège du livre.

dimanche 14 octobre 2018

Gwendy et la boite à boutons de Stephen king



Résumé: 


"Il y a trois manières d'accéder à Castle View, un point de vue panoramique de la ville de Castle Rock : par la route 117, par la Pleasant Road, ou via Suicide Stairs, les marches du suicide.

Tous les jours de l'été 1974, Gwendy Peterson, 12 ans, monte ces marches qui sont maintenues par de solides (mais rouillées par le temps) verrous qui zig-zaguent jusqu'en haut de la falaise.
Au sommet de cette escalade, Gwendy rattrape son souffle et écoute les bruits des enfants du terrain de jeu. D'un peu plus loin peut être entendu le raclement d'une batte de baseball en aluminimum puisque les jeunes de l'équipe de Grande Ligue s'entrainent pour le match caricatif du 4 septembre.
Un jour, un étranger dit à Gwendy : 'Hé, petite fille. Viens ici un petit peu. Il faut que nous palabrions, toi et moi'.
Sur un banc à l'ombre, se tient un homme dans un jean sombre, un manteau noir comme celui d'un costume, et une chemise blanche débouttonnée en haut. Sur sa tête se trouve un petit chapeau noir.
Le temps viendra où Gwendy fera des cauchemars à propos de ce chapeau..."



Mon avis :

J’ai toujours beaucoup aimé les Stephen King... enfin ceux que j’ai déjà lus ! Par contre, moi qui étais emballée pour lire cette petite nouvelle, eh bien, je suis tombée des nues ! En effet, l’histoire est pas mal et elle peut même être lue par tous ! Par contre, j’ai été déçue ! Dans cette histoire il n’y avait rien de palpitant ni de transcendant pour moi. Et puis le final m’a laissée sur ma faim... Tout ça pour ça ! Je pense que par ses autres livres je m’attendais à une fin à couper le souffle, mais pour ma part le soufflé est vite retombé. Je vous conseille de la lire quand même mais n’y allez pas en ayant de grosses attentes.

mardi 9 octobre 2018

Tu es moi de Edmonde Permingeat



Résumé : 

Résumé: Noëlie, mariée à un riche médecin dans le sud de la France, trompe son ennui en étalant sa vie de rêve sur Facebook. Léo, un petit voyou, remarque l'incroyable ressemblance entre la jeune femme et sa petite amie, Zoé, et concocte un plan infaillible : kidnapper Noëlie afin que Zoé prenne sa place. La jeune aide-soignante joue le jeu et la voilà propulsée mère de famille et épouse d'un homme qui ne la laisse pas indifférente... Mais troublée, Zoé s'interroge : et si cette ressemblance n'était pas le fruit du hasard ?

Mon avis: 



Premier livre de cette auteure et je dois dire que je n’ai pas été déçue. Malgré le début qui a été long à démarrer, je l’ai dévoré lorsque le livre a enfin pris un tournant à une centaine de pages ! Nous y faisons la connaissance de pas mal de personnages.

Tout d’abord de Léo, petite racaille qui coule des jours heureux avec Zoé. Elle travaille, lui fait du gras dans leur canapé devant son ordinateur. Et puis un jour Léo tombe sur une page Facebook : celle de Noëlie, le sosie de Zoé. Et là lui vient une idée : et si sa copine prenait la place de cette bourgeoise... À partir de là, il n’aura de cesse d’échafauder un plan et de tanner Zoé pour que celle-ci accepte. Alors qu’elle est réticente... au départ.
Et puis, d’un autre côté, nous avons Noëlie qui, elle, ne pense qu’à elle. Elle n’aime pas ses enfants, elle le dit elle-même. Elle a vécu sa grossesse et son accouchement péniblement ainsi que les tétées, les bains et les nuits blanches.
Et puis un jour le plan fonctionne et Zoé devient madame Escartepique et tout le monde, famille et parents, en est ravi ! Elle aime « ses enfants » et « son mari » car, oui, Noëlie n’aime pas son mari, il la répugne même. Elle l’a épousé pour faire plaisir à papa, pour être dans ses bonnes grâces car, comme elle a choisi un cursus différent de son père, celui-ci lui en veut. Zoé conseille, cuisine et surtout elle est « amnésique », donc ses petites bourdes n’ont aucun impact sur sa vie de tous les jours.
Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas spoiler l’histoire, mais sachez aussi qu’il y a beaucoup de secrets, de mensonges et de manipulations. Je pense que, tout comme moi, vous passerez un bon moment !