samedi 19 janvier 2019

La vérité sur l'affaire Harry Quebert


Résumé: 

À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois.Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?
Sous ses airs de thriller à l'américaine, La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l'Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias. 

mon avis :

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre par son adaptation à la télévision. Curieuse de cet engouement, je me suis procuré le livre, car j’aime lire le livre avant de voir son adaptation. J’avais fait de même avec « La fille du train » et un autre titre qui ne me revient pas. Lol ! 
Ici, c’est l’histoire d’un auteur américain qui vient vivre dans le New Hampshire. Tous les habitants et surtout les habitantes sont sous son charme et on ne parle plus que de Harry Quebert. 
Le livre se déroule entre l’année 1975 et 2008 (on peut dire pour le livre de nos jours). 
Il rencontre Nola sous un temps de pluie et on s’aperçoit dès les premiers instants qu’il est sous le charme. Et ensuite qu’il est subjugué par son intelligence plus que par sa beauté. Il essaie de se raisonner, car comment à son âge peut-on être amoureux d’une gamine de 15 ans. Mais voilà le cœur a ses raisons et il va être malgré lui obsédé par cette fille. Je l’ai ressenti plus en regardant le DVD. 
Je préfère plus vous parler de mon ressenti, car le résumé en lui-même résume parfaitement l’histoire et en rajouter, je pense, serait spoiler le livre. C’est surtout l’histoire d’une forte amitié entre un ancien élève et son professeur devenu ami et de personnages bien sous tous rapports, mais qui cachent tous sans exception un secret terrible. Et lorsque le vernis est gratté, l’horreur apparaît. 
J’ai vraiment été baladée, on pense savoir qui est l’auteur du crime, mais en fait... pas du tout ! L’auteur a mené son enquête d’une main de fer, car je me suis plusieurs fois trompée sur l’identité du tueur. Et encore une fois, il faut toujours se méfier des apparences !
Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce livre ! J’ai avalé les pages à en faire brûler le repas du soir (lol). En bref, mon premier coup de cœur pour ma part ! Je relirai sûrement l’auteur pour me faire un second avis. Un grand merci à l’auteur Joël Dicker pour ce pur moment de détente.

samedi 12 janvier 2019

La vie est belle et drôle à la fois de Clarisse Sabard



Résumé :
Léna n'en revient pas. Comment sa mère, qui l'a convoquée pour passer Noël dans la maison de son enfance, a-t-elle pu disparaître en ne lui laissant que ce message sibyllin ? La voilà donc coincée dans le petit village de Vallenot au coeur des Alpes de Haute-Provence et condamnée à passer la fête qu'elle hait plus que tout, entourée de sa famille pour le moins… haute en couleur ! Mais les fêtes de famille ont le don de faire rejaillir les secrets enfouis. Les douloureux, ceux qu'on voudrait oublier, mais aussi ceux qui permettent d'avancer…

Mon avis: 
Enfin j’ai pu le lire  Je voulais lire un livre plus doux en cette période de Noël.
Eh oui, fut un temps ce roman était en rupture de stock, mais grâce à ma belle-sœur qui l’a trouvé par chez elle j’ai pu le lire (cadeau de Noël)
J’ai d’abord été attirée par la couverture qui est juste magnifique et puis le résumé
a fait le reste. J’ai vu un tel engouement pour ce livre sur les réseaux sociaux que
je ne pouvais pas ne pas le lire.
Nous faisons la connaissance de Léna qui a horreur de Noël, tout cela à cause d’un événement
lié à son grand-père ! On fait la connaissance aussi du reste de la famille.
Sa mère lui demande de venir passer Noël en famille et elle finit par accepter.
Seulement, à l’arrivée, pas de maman... juste une lettre...
Cette lecture est simple et fluide, on se laisse porter par les mots et l’histoire.
J’ai apprécié le lire en période de fête ! Je ne connaissais pas l’auteure, mais je pense 
la lire de nouveau, car j’ai passé un très bon moment avec mon plaid et mon thé !
Ce n’est pas un coup de cœur, car je les ai plus avec mon style de lecture habituel
(thriller), mais là j’avoue que c’était limite le coup de cœur !

mercredi 2 janvier 2019

Crimes et fantômes de noël présenter par JEAN-PIERRE CROQUET


résumé:

 Convier spectres et assassins au traditionnel festin de Noël ? Se réunir autour du pied du sapin pour entendre une histoire à dresser les cheveux sur la tête ? Pourquoi donc mêler, à ces moments de bonheur familial, tant de récits effrayants ?
C’est un fait, depuis Charles Dickens, le conte horrifique de Noël est devenu presque aussi rituel que la bûche et les cadeaux. Il traduit la noirceur des nuits les plus longues de l’année, traversées de vents hurleurs que les ombres projetées par les flammes dans l’âtre rendent plus inquiétantes encore… Il est si bon de se faire peur, au coin d’un feu de bois !
Composée par Jean-Pierre Croquet, romancier et spécialiste de littérature fantastique, cette anthologie rassemble douze histoires angoissantes signées Charles Dickens, Arthur Conan Doyle, Erckmann-Chatrian, Robert Louis Stevenson, Sheridan Le Fanu, Gaston Leroux ou Thomas Hardy. D’autres nouvelles criminelles, issues de la plume de Saki, W.W. Jacobs ou Edith Nesbit, constituent d’agréables découvertes.

Mon avis :

 Avec une quatrième de couverture aussi alléchante, je ne pouvais que succomber. Mais voilà lorsque l'on se risque à lire des nouvelles, et de plus d'auteurs qui nous sont inconnus, on peut y trouver des styles et des plumes qui ne nous emballent pas ! C'est malheureusement le cas ici où il n’y a eu que quatre nouvelles qui m'ont plu : "Le voile noir" de Charles Dickens, "L'escarboucle bleue" de Arthur Conan Doyle, "L'ombre" d'Édith Nesbit et enfin "Figure de cire" d’Ethel Lina White.

En bref, si les histoires de Noël 100 % "guimauve" vous emballent moins cette année, alors laissez-vous tenter avec cet ouvrage où l'univers est frissonnant et mystérieux.

mardi 18 décembre 2018


Résumé:

 Une jeune femme pétillante et amoureuse est lâchement quittée le soir du réveillon du nouvel an, par son homme qui, au bout de cinq ans de relation, lui assène : « c'est quoi l'amour ? ». Il s'en suit une dépression et une nuit d'ivresse pendant laquelle surgit Philae, une déesse grecque qui lui propose douze épreuves pour trouver l'amour. 
Ce récit se déroule sur une année. Philae l'éprouve en lui imposant les douze défis suivants : tester les applis, boire beaucoup, rappeler ses ex, essayer les filles, se réjouir pour les autres, résister à l'homme marié, faire n'importe quoi avec ses cheveux, croiser l'ex un jour de cheveux sales, supporter les réunions de famille, résister au retour de l'ex, ne pas avoir la peur de finir en vieille dame à chat, ne pas foirer la prochaine relation. Philae, sorte de double bienveillant, restera à ses côtés pendant ses douze râteaux. 
Entre rire et larmes, le personnage principal va pouvoir avancer dans ses phases de deuil, jusqu'à la rédemption. À la fin, Philae va révéler son vrai visage..


Mon avis : 

Tout d’abord, merci à Babelio pour cet envoi et aux éditions Marabout.
Une jeune femme qui se fait larguer au Nouvel An, c’est loin d’être drôle. Heureusement, Philae, la déesse des cœurs brisés, est là pour l’aider à trouver l’amour en lui faisant passer douze travaux. Je ne vous dirai pas si elle a réussi, mais ce que je peux vous dire, c’est que j’aime, d’une part, beaucoup la première de couverture et le résumé est assez original. Je me suis plongée dans l’histoire qui a pour moi été très très addictive. J’ai aimé le franc-parler des personnes, les douze travaux qui sont très originaux, les personnages attachants et l’originalité de l’histoire.
Je ne vous en dirai pas plus, mis à part le fait que j’ai passé un très bon moment.

dimanche 9 décembre 2018

Captifs de Lenia Major


résumé:

 UNE CAGOULE SUR LA TÊTE. LE COFFRE D'UNE VOITURE. NOIR, PEUR. NON ! C'est tout ce que j'ai eu le temps de ressentir quand mes doigts ont effleuré le chouchou que je voulais simplement ramasser. Je m'appelle Sean, j'ai 13 ans et j'ai le don de Souvenance, qui me donne la capacité de lire le passé des objets et des gens, rien qu'en les touchant : une véritable malédiction qui m'isole de tout et de tous. Mais à qui appartient ce chouchou qui m'a plongé dans un kidnapping ? Apparemment à Sylvia, 13 ans aussi et fille du futur patron de ma mère...

mon avis:

 Merci à Babelio et aux éditions Samir pour ce service-presse. Ce roman de 170 pages plaira beaucoup aux adolescents comme aux adultes. Sean, 13 ans, est doté de pouvoirs (psychopathotactie) qu’il a hérités de sa mère. Sean est le premier homme qui, à ce jour, reçoit ce don. Car normalement il ne va qu’aux femmes de la famille. Seulement ce don est contraignant : il ne peut toucher personne sous peine de connaître une bribe de son passé. Donc il est vu comme un extraterrestre par ses camarades de classe et il le vit très mal. L’histoire nous est racontée sans longueurs. L’auteure va à l’essentiel, ce qui m’a beaucoup plu. Voilà, en bref, un livre court que je recommande pour un après-midi ou une soirée.

mardi 4 décembre 2018

Des plumes sous ma couette de Amandine de Saint Cyr


Résumé: 

Prête à tout pour devenir une romancière célèbre Anne, jeune Parisienne, rêve de rencontrer un Henry Miller ou un Jean-Paul Sartre qui fera d'elle la nouvelle Anaïs Nin ou Simone de Beauvoir de sa génération. Elle est prête à payer de sa personne pour réussir à Saint-Germain-des-Prés. Hélas, ses aventures avec des écrivains à l'ego boursouflé ne lui apportent pas forcément le bonheur... jusqu'à sa rencontre avec celui qui, contre toute attente, saura la comprendre.Avec humour, l'auteur s'inspire de sa propre expérience pour brosser des portraits plus cocasses les uns que les autres du monde littéraire parisien. Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé ne serait pas purement fortuite...

Mon avis : 

tout d'abord merci aux éditions de L'archipel pour ce service-presse!
Anne nous décrit sa chambre, là où elle aime écrire... son antre ! Elle nous raconte ses péripéties et son ressenti lors de la publication de son livre. Les personnes qu’elle a côtoyées pour pouvoir faire sa place dans le monde de l’édition.

J’ai beaucoup aimé l’histoire avec Edmond. Sacré personnage ! Mais un big-up pour « Le chat » qui, je dois dire, m’a fait énormément rire. Un grand merci à vous, Amandine ! J’ai beaucoup ri, aimé les réparties et j’ai passé un excellent moment de lecture.
Une écriture fluide et addictive où on se laisse aller à parcourir avec douceur ces neuf histoires. Livre que j’ai dévoré ce dimanche soir bien emmitouflée sous ma couette Un livre que je vous recommande sans hésiter !

dimanche 2 décembre 2018

Mauvais genre de Isabelle Villain


Résumé:

 Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d'une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.

Vingt-trois ans plus tard, l'équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d'une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d'effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L'entourage de la victime est passé au crible, et l'histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.


Mon avis: 

Tout d’abord, merci aux éditions Taurnada pour ce service-presse.

Nous faisons la connaissance de Hugo Nicollini, et plus précisément dans une scène bon enfant où sa maman et lui font un gâteau. Puis les choses se gâtent : le père rentre du travail et l’ambiance n’est plus la même.
Ensuite l’auteure nous propulse vingt-trois ans plus tard avec le cadavre d’Angélique, kinésithérapeute. Survient en même temps une vieille enquête. Que de péripéties dans ce roman !
Ici, on a une lecture addictive et captivante sans longueurs, ce qui me plaît beaucoup. Il y a aussi le thème du transgenre. Nous avons aussi un coupable pas si coupable que ça en prison ! Et puis je pense que l’auteure nous réserve une suite ?!
J’espère, car j’aimerais beaucoup retrouver Rebecca dans une ou des futures aventures. Les autres personnages aussi d’ailleurs, car ils sont tous attachants ! J’ai même eu une petite larme à cause d’une certaine chanson ! Et, croyez-moi, vous n’êtes pas au bout de vos surprises avec ce roman, car pour ma part j’ai été bien baladée ! Un très beau final
Merci à l’auteure pour cet agréable moment et n’oubliez pas : bientôt les fêtes de Noël et, pour ma part, le roman a tout à fait sa place au pied du sapin.